28 mars 592/4: Gontran 1er, roi mérovingien


Gontran, en vieux francique, Gunth (bataille) et Chramm (corbeau), d’où « corbeau de bataille ». Gontran 1er est un roi franc et un saint pour les églises catholique et orthodoxe du Vème siècle. Il est par son père, le roi Franc Clotaire 1er, le petit-fils de Clovis. Né entre 532 et 534, il meurt un 28 mars (date retenue également par le martyrologe), à Chalon-sur-Saône entre 592 et 594.

Clotaire 1er meurt le 29 novembre 561. Seul roi des Francs, il laisse quatre fils qui, comme au temps du père de leur père, se partagent le royaume. Gontran récupère l’ancien royaume de Burgondie (qu’on commence à appeler la Bourgogne) augmenté de Melun au nord, Orléans à l’ouest, Arles et Marseille au sud. Sigebert hérite de l’Austrasie, dont la capitale est Reims. Aux possessions du centre de la France, du nord de l’Auvergne au royaume des Wisigoths, s’ajoutent une partie de la Provence, avec Marseille, Avignon et Uzès, et des territoires situés au nord-est du royaume franc. Ambitieux, Chilpéric doit se contenter de la Neustrie septentrionale avec pour capitale Soissons.  Petit royaume en comparaison de ceux de ses demi-frères. Caribert reçoit Paris et tout l'ouest de la Gaule jusqu'aux Pyrénées.

Le Roi

Les années 566-568 vont bouleverser la famille mérovingienne. Chilpéric obtient la main de Galswinthe et Sigebert épouse Brunehaut, filles du roi des Wisigoths Athanagild. Quant à Caribert, il meurt prématurément en 567 ne laissant que des filles. Sa succession, répartie de façon extravagante entre ses frères, Gontran, Sigebert et Chilpéric et le conflit entre Brunehaut et Frédégonde mettront la Gaule à feu et à sang pendant des années.

En effet, Galswinthe, sœur de Brunehaut, à peine après un an de mariage, est retrouvée étranglée dans son lit. Elle avait eu l'audace, il faut dire, de critiquer la concubine Frédégonde. Poussé par sa femme, Sigebert déclare, vers 569, la guerre à son frère. Gontran, roi de Bourgogne, prend le parti de Sigebert. Mais la brouille s’installe entre les « frères-alliés ». Le roi d’Austrasie doit donc faire intervenir des contingents alamans, thuringiens et bavarois. Malgré le renfort apporté par Gontran (cette fois au roi de Soisson), Sigebert 1er et ses fils envahissent le royaume de Chilpéric qui s’enferme dans Tournai. Chilpéric est réputé si violent que Grégoire de Tours l'appelle « le Néron, l'Hérode de notre temps. » Les soldats des deux camps acclament Sigebert comme roi d'Austrasie et de Neustrie. Aux abois, Chilpéric est sauvé par Frédégonde en faisant assassiner Sigebert. Agé seulement de 5 ans, le fils de Sigebert 1er, Childebert II, est sauvé par le duc Gondevald qui le proclame roi d'Austrasie.

A partir de 575, il semble que le pouvoir réel appartienne à Frédégonde. Chilpéric laisse mettre à mort les deux derniers fils qui lui reste d'Audovère (Mérovée en 577 et Clovis vers 580), et Audovère elle-même en 580. Mais les hostilités reprennent entre Chilpéric et Gontran, allié à Childebert II avant que ce dernier ne retourne casaque et se lie à Chilpéric. Gontran cède alors Marseille à Childebert qui abandonne Chilpéric. Le jeu aurait pu durer longtemps. Mais, le roi Chilpéric est assassiné. Qui a armé le bras de l'assassin ? On ne le saura jamais. Trop de monde avait intérêt à la disparition du roi de Soissons : Gontran, pour éliminer un frère trop turbulent, Brunehaut (ou le clan wisigoth) pour venger la mort de sa sœur, Frédégonde elle-même, pressée de régner sans partage au nom de son fils âgé de 4 mois, Clotaire II ? Toujours est-il que Frédégonde reçoit la protection du roi de Bourgogne, Gontran (qu’elle tentera d’assassiner).

La mort de Chilpéric aurait dû réaliser la paix. Toutefois, le projet de Gontran est encore empêché par les deux personnages de l'Austrasie et anciens favoris de Chilpéric, à savoir l'évêque de Reims Egidius ou Aegidius et le duc Gontran Boson. En 588-589, voulant conquérir la Gaule gothique, il envoie en Septimanie une armée dirigée par Austrovald, duc d'Aquitaine ; elle est écrasée près de Carcassonne par les troupes du roi wisigoth Récarède dirigées par le duc Claude de Lusitanie. Selon Grégoire de Tours, les Francs perdent 7 000 hommes (5 000 tués et 2 000 prisonniers).

Ses quatre fils étant morts en bas âge, il avait adopté en 577 son neveu, Childebert, fils de Sigebert et de Brunehaut. Lorsqu’il meurt dans son lit, un 28 mars 592 ou 593 ou 594, son royaume revient à Childebert II, selon le traité d'Andelot de 587.